Archive: 15 mars 2018

Patrons, écoutez vos salariés avant de tout changer…

“Survivre au bureau” : cette conférence m’avait été demandée par le site aquitain d’une grande entreprise d’Etat. Avant de monter sur scène, le grand patron, venu de Paris, m’interroge : “Alors, qu’est-ce que vous allez leur raconter ?
– Je vais leur dire que la résistance au changement est une preuve d’intelligence.
– Gloups ! Ah non, ils n’ont certainement pas besoin d’entendre ça !”

 C’étaient pourtant les salariés eux-mêmes qui avaient choisi ce thème. Il faut dire que les temps ont changé depuis 2004, année où je publiais déjà un Manuel de survie au bureau*. A l’époque, les trentenaires glorieux, les winners, surfaient sur la vague de la modernité. Pour ces gladiateurs aux mâchoires d’acier, survivre au bureau signifiait gravir le plus rapidement possible les échelons de la chaîne alimentaire professionnelle.
Read More

Combien de temps faut-il rester à son premier poste ?

La question de la durée du premier emploi n’est pas si simple. Les jeunes candidats sont souvent partagés entre leur envie de bouger et le besoin de montrer une certaine stabilité sur leur CV, ce qui est loin d’être un détail. On vous explique ce qu’en pensent vraiment les recruteurs.

Une expérience de 3-4 ans convainc plus facilement
« Les jeunes qui restent 3 ou 4 ans dans leur premier poste sont ceux que l’on s’arrache. Souvent, ils ont connu une progression en interne mais n’ont pas eu le temps d’être formatés par l’entreprise. Les employeurs concurrents les apprécient car ce type de profil les rassure. Leurs 3-4 ans d’expérience valident le bon travail du candidat », constate Michaël Obadia, fondateur du groupe Upward, conseil en recrutement. Au sortir de cette première expérience, ces jeunes peuvent aspirer à des postes de managers de premier niveau. Enfin, si tant est que le management les attire.

Read More