Un cadre sur trois reste dans son entreprise par confort

Vous voulez changer de poste mais rechignez à quitter le confort du vôtre ? Rassurez-vous : vous êtes un cadre comme un autre…

Ce n’est pas parce que les cadres changent peu d’entreprise qu’ils n’en meurent pas d’envie. La dernière étude de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) en atteste. Le baromètre « Le regard des cadres sur la situation de l’emploi« , réalisé par l’Ifop pour Cadremploi et publié le 1er juillet 2015, le confirme. Près de 4 cadres sur 10, sur les 1 000 interrogés, envisagent un changement d’entreprise, une proportion record, depuis 2009. 39 % voudraient effectuer une mobilité interne. Et vite : 35 % de ceux qui veulent changer de job se donnent moins d’un an pour le faire.

6 ans au même poste
C’est une question de vie ou de mort… professionnelle, car 50 % des cadres ne sont pas satisfaits des perspectives de carrière dans leur entreprise. Société où, en moyenne, ils sont depuis 11 ans, dont 6 passés au même poste. Ils ont pris leur mal en patience pendant la crise, mais la reprise est annoncée et les cadres ont bien l’intention d’en profiter.

Pas question de quitter son confort
Les cols blancs ne sont cependant pas prêts à accepter n’importe quel poste. 34 % d’entre eux restent dans leur entreprise pour les conditions de travail avantageuses qu’elle leur offre (congés, rythme de travail, etc.) et 20 % parce qu’ils ont le sentiment de bénéficier d’une bonne position dans leur entreprise (d’avoir un poste confortable). S’ils changent, c’est pour au moins autant, voire mieux. Sauf qu’ils ne trouvent pas souvent ces infos dans les offres d’emploi. 72 % des cadres estiment que les informations concernant la culture de l’entreprise sont mal traitées (ou carrément manquantes) dans les annonces.

Postuler, à conditions d’avoir les compétences
Ils ne semblent pas non plus prêt à postuler à tout va. La preuve : ce qu’ils jugent le plus important dans une offre d’emploi, ce sont les compétences requises, la localisation et le détail des missions. Et ils ont bien raison : postuler à une offre d’emploi alors que l’on ne possède pas les compétences requises, que le temps de trajet est trop long ou que les missions ne vous intéressent pas est une perte de temps…

 

Elodie Buzaud – Cadremploi